• Agnès Rieu Sophrologue

SOPHROLOGIE ET FIBROMYALGIE


La fibromyalgie est un syndrome caractérisé par des douleurs diffuses dans tout le corps, une fatigue chronique et également des troubles du sommeil. A cette triade, peuvent se greffer d’autres symptômes notamment des troubles cognitifs (troubles de la concentration, troubles de la mémoire, perturbations émotionnelles…).

Cette pathologie touche majoritairement les femmes.

Les mécanismes physiopathologiques sont peu connus. Ils sont liés à un trouble du système nerveux central, les centres inhibiteurs de la douleur sont altérés, la substance P est en quantité plus importante dans le Liquide Céphalo Rachidien. (substance qui joue un rôle dans la stimulation de la douleur).

Une maladie difficile à vivre au quotidien, quelquefois incomprise par l’entourage des personnes atteintes, ce qui rend parfois la relation avec les proches difficile.

Même certains médecins n’y croient pas : le Docteur « R » s’exclame : « cette patiente me dit : docteur, j’ai une fibromyalgie… c’est n’importe quoi ! tout ça c’est dans sa tête ».

Des Dr « R » il y en a quelques-uns. Peut-être qu’ils se sentent démunis devant cette maladie.

Pourtant, les autorités scientifiques reconnaissent cette maladie. En 1992 l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) reconnaît cette maladie comme rhumatismale, auparavant elle était considérée comme une maladie psychiatrique.

L’HAS (Haute Autorité de Santé) a rédigé un rapport d’orientation du syndrome fibromyalgique de l’adulte. Il souligne notamment les impacts de cette maladie : « Des répercussions familiales et sociales, avec des difficultés à se maintenir dans l’emploi, un repli sur soi, un isolement et une qualité de vie amoindrie… »

Pour la personne atteinte de cette maladie, ce n’est donc pas imaginaire. Les symptômes sont bien présents, et rendent la vie quotidienne difficiles.

Et la sophrologie dans tout ça ?

La sophrologie ne se substitut pas à la médecine mais peut être une aide à mieux vivre cette maladie.

Dans le rapport de l’HAS, on retrouve une approche non médicamenteuse multi professionnelle dans le syndrome fibromyalgique en France et ailleurs.

La sophrologie trouve donc toute sa place notamment entre-autres à travers la relaxation :

Je cite ce rapport : « …La relaxation proposée en première intention poursuit de nombreux objectifs. Elle est mise en œuvre pour ses effets positifs sur la diminution de la douleur, la facilitation de l’endormissement, la diminution du stress, de l’anxiété, de la tension physique. Plusieurs répondants soulignent que cette intervention, par l’accessibilité de la méthode, favorise la participation du patient et qu’un travail sur l’autorelaxation est possible. (…)Les intervenants sont variés : le plus souvent ce sont des sophrologues et des kinésithérapeutes, des psychologues (…).

Edith s’est inscrite à un stage « gestion du stress » en groupe.

Lors des pratiques Edith adapte ses postures, son rythme, à ses douleurs.

Petit à petit Edith s’est mis à écouter son corps tout comme Laurence que j’ai pu accompagner en individuel. Elles ont pu diminuer l’écoute de la douleur pour s’ouvrir à d’autres sensations, d’autres perceptions.

Elles ont pu aussi travailler leurs capacités de détente pour pouvoir relâcher leurs muscles et diminuer ces douleurs diffuses.

« La sophrologie me fait un bien fou au corps et à la tête. »

« La respiration me permet de me concentrer sur autre chose que mes douleurs, elle m’apaise et du coup je me réconcilie avec mon corps, il fait à nouveau partie de moi. »

La sophrologie a permis à Laurence de mieux dormir et de mieux gérer son stress, deux facteurs aggravants de la maladie.

La sophrologie permet donc d’améliorer le quotidien, permettant de mieux gérer son sommeil, diminuer cette fatigue, ces douleurs. On peut également travailler sa concentration, son lâcher prise, sa mémoire…en fonction de ce que souhaite les personnes.

Je conclurai par le témoignage de Laurence :

« Aujourd’hui j’accepte cette maladie, je ne perds plus d’énergie inutilement, j’accepte aussi d’écouter mon corps, je me repose lorsqu’il me le demande, je suis moins fatiguée, c’est tout mon quotidien qui a changé. »


53 vues